Un Canal et des Hommes

La mine de manganèse de Bihain

La Société du Luxembourg, fondée en 1828 par 5 industriels belges, avait pour raison sociale « de rechercher les mines, minières et carrières » du Grand-Duché de Luxembourg afin de les exploiter. Elle avait pour ce faire l’autorisation royale « de chercher, de sonder, d’ouvrir des puits ou galeries, d’établir des machines, etc, etc., dans toute l’étendue des biens et bois domaniaux du Grand-Duché de Luxembourg… 1»

Elle obtint les concessions des mines de Goesdorf et de Longwilly et demanda, en mai 1829, la concession d’une mine de manganèse sous la commune de Bihain.

Engelspach-Larivière

Engelspach-Larivière

Auguste Engelspach-Larivière (1799-1861), géologue, indique dans sa « Description géognostique du Grand-Duché de Luxembourg » de 1828 l’existence d’une exploitation de manganèse à Bihain appartenant à un M. Dupont qui aurait découvert le gisement.

L’autorisation de la Société du Luxembourg étant « sauf les droits de tiers comme propriétaires, concessionnaires ou explorateurs antérieurs », il est probable que la Société du Luxembourg avait acquis, sinon l’exploitation, du moins les droits sur celle-ci.

L’Arrêté royal accordant cette concession paru au Mémorial du Grand-Duché du Luxembourg le 15 juillet 1830.

————————————————————–

1 Arrêté du 15 octobre 1825 – autorisation accordée à MM. Ofdenbergh, Morel, Van Gobbelschroy, Matthieu et Beerenbroek, pour l’exploitation du Grand-Duché du Luxembourg.

.

Memorail_17.08.1830

Mémorial du Grand-duché de Luxembourg

N° 26

Arrêté Royal

Du 15 juillet 1830, n° 67, qui accorde à la Société du Luxembourg la concession des mines de manganèse1, gisant sous le territoire de la commune de Bihain2, dans le Grand-Duché3.

Nous, GUILLAUME, par la grâce de Dieu, Roi des Pays-Bas, Prince d’Orange-Nassau, Grand-Duc du Luxembourg, etc, etc, etc. ;

Vu la loi du 21 avril 1810, sur les mines, et notre arrêté du 18 septembre 1818 (Journal officiel n° 35), qui règle l’exécution de cette loi ;

Vu

1° La demande formée le 31 mai 1829 par le sieur Ch. Morel, administrateur dirigeant de la Société du Luxembourg, tendant à obtenir une concession des mines de manganèse, gisantes sous la commune de Bihain, Grand-Duché de Luxembourg ;

2° Les certificats des publications et affiches de cette demande ;

3° le plan en triple de la concession demandés ;

4° Les preuves des facultés pécuniaires des demandeurs ;

5° Le cahier des charges, rédigé par l’ingénieur des mines, et son acceptation authentique ;

Vu le rapport de l’ingénieur des mine du 4° district, ainsi que l’avis de la Députation des Etats du Grand-Duché du Luxembourg ;

Vu le rapport de notre Ministre de l’Intérieur en date du 28 juin dernier, n°65,

Le conseil d’Etat entendu (pris du 12 juillet 1830, n° 9) ;

Avons arrêté et arrêtons :

Art 1er,

Est accordé par le présent, à la Société du Luxembourg, concession des mines de manganèse, gisantes sous la commune de Bihain, Grand-Duché de Luxembourg, et ce sous une étendue d’une superficie de huit cent sept bonniers4 et vingt-une perches carrés5, figurant au plan ci-annexé.

Art. 2.

Cette concession est limitée, conformément au plan susdit, savoir, à l’Ouest par une ligne droite, tirée de l’angle Nord-Est A de la maison Crepin à Bihain, sur une croix de bois dite Croix de Regné, point B, et située à l’intersection des chemins de Bihain à Regné, et de Samré à Hébronval ; de ce point par la limite des sections de Regné et d’Hébronval jusqu’au point C, où elle rencontre celle de la Province de Liège et du Grand-Duché de Luxembourg, et par cette dernière limite jusqu’au point C.

Au Nord, par cette même limite de la province de Liège et du Grand-Duché de Luxembourg, jusqu’à son intersection avec le chemin de Longlier à Salm par le Comté, point D ;

A l’Est, par le dernier chemin, jusqu’à son intersection avec celui du chemin d’Ottré à Gierreux, point E, et

au Sud, par une ligne droite tirée du point E sur l’angle Nord-Est, du pont en pierre sur le ruisseau de St Martin, à l’endroit ou il est traversé par le chemin qui vient d’Ottré, point F, et par une seconde ligne tirée du point F sur l’angle Nord-Est de la maison Crepin, point de départ, A.

Art. 3.

Les concessionnaires seront tenus de se conformer aux règles d’exploitation et autres conditions contenues au cahier des charges accepté par-devant le notaire G.H. Annez, à Bruxelles, le 14 juin 1830.

Art.4.

L’indemnité due aux propriétaires de la surface est réglée, conformément aux articles 6 et 42 de la loi du 21 avril 1810, à la somme annuelle de cinq cents (0.05) par bonnier6.

Art.6.

Les travaux d’exploitation devront être activés endéans les six mois, à dater d’aujourd’hui, et ne pourront être suspendus pendant plus d’un an, sans une autorisation spéciale de l’administration des mines.

Art.7.

En cas de contravention ou d’inexécution des dispositions contenues à l’article précédent et aux articles 1, 2, 3 et 4 du cahier des charges susdit, la déchéance de la présente concession pourra être provoquée.

.

Copie du présent arrêté, avec toutes les pièces y annexées, sera transmise à Notre Ministre de l’Intérieur7, chargé d’en assurer l’exécution, et pareille copie sera envoyée au Conseil d’Etat8 pour information.

En outre, Notre Ministre susdit fera insérer le présent arrêté dans la Gazette des Pays-Bas9.

Donné au château du Loo10, le 15 juillet de l’an 1830, de Notre règne le dix-septième11.

Signé, Guillaume

Par le Roi,

Signé, J.G. de Mey de Streepkerk12

————————————————————–

1 Le manganèse (Mn) est un métal gris-blanc qui ressemble au fer. C’est un métal dur et fragile facilement oxydé. Il est utilisé pour la préparation d’alliages, principalement d’aciers. Il est surtout utilisé, à l’époque dans les verreries, combiné au sable et au salin pour donner au verre sa transparence ou sa blancheur. Le manganèse exploité en France rapporte 15 centimes le kilogramme (Minéralogie appliquée au arts, par C.-P. Brard, Paris, 1821, tom III, p. 68..

2 Actuellement section de la commune de Vielsalm dans la province du Luxembourg (Coordonnées 50° 14′ 18″ Nord 5° 48′ 24″)

3 Rappelons que le Grand-Duché, en 1830,, couvrait le Grand-Duché actuel plus l’actuelle province belge du Luxembourg et des territoires au-delà de la Moselle (Igel, à 8 km de Trier, Bitburg).

4 Bonnier ou bonier, une unité de mesure de surface, anciennement utilisée dans les Flandres et les régions avoisinantes comme la Principauté de Liège, qui vaut 140 ares ou 14 000 m2 (1 bonnier = 8.716 m²), et plus tard 100 ares, c’est-à-dire 1 hectare ou 10 000 m2. La concession d’étendait donc sur 703 ou 807 hectares.

5 La perche carrée est une ancienne mesure de surface. La perche carrée ordinaire valait 20 pieds de côté (= 400 pieds carrés), soit environ 34.2 mètres carrés. La perche carrée d’arpent valait 22 pieds carrés (=484 pieds carrés), soit environ 51,1 mètres carrés, soit la moitié d’un are. Cent perches carrées font un acre.

6 L’indemnité totale se serait donc élevée annuellement à 807 * 0.05, soit environ 40 Florins. Pour comparaison, un hectolitre de froment vaut 11 Florins en 1830.

7 Johan Gijsbert baron Verstolk van Soelen, ministre de l’Intérieur de 1826 à 1840.

8 Le Conseil d’Etat est un organe consultatif du gouvernement néerlandais. Il a été créé en 1531 par Charles-Quint et est, de ce fait, une des plus anciennes agences gouvernementales dans le monde.

9 Les jugements et arrêtes sont publiés au Journal Officiel. Cependant, « considérant qu’il importe de donner une grande publicité à ces jugements, et qu’il n’est pas de meilleur moyen pour cela que de les faire insérer dans une feuille généralement répandue, tant au dédans qu’au dehors du Royaume…les jugements […] seront rendus publics par insertion d’un extrait dans la Gazette générale des Pays-Bas. » Arrêté royal du 17 juillet 1815.

10 Le Palais Het Loo (en néerlandais: le « palais des bois ») est un palais royal construit entre 1684-1686 à Apeldoorn, dans la province de Gueldre aux Pays-Bas. Le palais a été la résidence de la Maison d’Orange-Nassau du XVIIe siècle, jusqu’à la mort de la reine Wilhelmine en 1962.

11 17ème année de règne car Guillaume est Prince souverain des Pays-Bas en 1813 sous le nom de Guillaume IV d’Orange, roi des Pays-Bas en 1815 jusqu’à son abdication en 1840.

12 Jean Gijsberto de Mey van Streefkerk (et non Steepkerk comme indiqué dans le Mémorial), né en 1782, décédé en 1841, hollandais, il est nommé secrétaire d’Etat en 1816 puis secrétaire du Conseil des Ministres en 1823, puis Ministre d’Etat en 1835.

<< article du 16.08.2013 >>

Publicités

3 commentaires

  1. François Reding dit :

    Trier ne faisait jamais partie du Grand-Duché

    • Merci de relever cette erreur. Le duché allait jusqu’à Igel qui est à 8 km de Trier.
      Je vais corriger l’article dès que possible. Cordialement. ThW.

      • PAGANI Henri dit :

        Carrières d’Ottré H.PAGANI S.A

        Ancienne Commune de Bihain la seule à posséder la mine de manganèse

        – Composition – 45% de manganèse – 30% de quartz – 25% de lorraine –
        – Quartzophillades : bleu mauve violacé
        – ANTI-HUILE et ANTI-ACIDE – 2980 kg au m3
        – Permis d’extraction et d’exploitation à date illimitée

        Elles appartiennent à Monsieur Henri PAGANI et sont mises en vente

        A Vendre Carrières de Manganèse à Ottré – Mise à Prix …. Faire Offre de Prix

        Carrières d’Ottré H. PAGANI S.A
        14 Halconreux
        B – 6671 GOUVY – Belgique
        Tél. + 32 (0) 80 / 517 314
        Fax. + 32 (0) 80 / 517 585
        Courriel : carrieres.ottre@skynet.be

        Cordialement vôtre
        Henri PAGANI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s