Un Canal et des Hommes

Introduction

Si un des objectifs principaux du CECBH est de faire connaître le canal de Bernistap-Hoffelt et son souterrain, cela ne peut cependant se concevoir sans une étude du contexte géopolitique et humain de l’époque puisque ce contexte eut une influence, directe ou indirecte, sur les différents événements.

Dans cette optique, plusieurs biographies d’acteurs du projet sont à l’étude. Ces biographies touchent des entrepreneurs, des ingénieurs, des conducteurs de mines, des bergers, des ouvriers, des notaires, des hommes politiques, des militaires, des Franc-Maçons; certains étant l’un et l’autre.

Dans cette histoire du canal Meuse & Moselle, il y a une grande absente, et donc une grande muette. Il s’agit de l’Église catholique et de son clergé.

Et pourtant, nous le verrons par ailleurs, l’Église Catholique romaine belge et ses positions dans ce nouveau royaume des Pays-Bas eurent une influence considérable sur l’Histoire de notre pays et, par force et conséquence, sur l’histoire de notre canal.

Un document d’époque nous permet d’entamer l’étude de ce point tout en décrivant l’organisation de l’Église dans les provinces méridionales des Pays-Bas. Cette organisation tire son origine dans le concordat1 de 1801 et dans le tout récent concordat de 1827.

Ce document est l’Almanach2 du clergé catholique romain des Pays-Bas, 7ème édition, publié en 1829.

.

Almanach_1829

.

Almanach du clergé catholique romain des Pays-Bas

7ème année

1829

Contenant

« L’Etat de l’Eglise de Rome ; l’Organisation des Diocèses des Provinces méridionales ; les enclaves des Diocèses étrangers ; les noms de l’Archevêque et des Evêques, des Vicaires Généraux, des Chanoines titulaires et honoraires, des Directeurs et Professeurs des Séminaires, des Curés, Desservans et Vicaires ; le Clergé des Provinces septentrionales ; les noms des Administrateurs et Vicaires-Apostoliques, des Archiprêtres, Doyens et Curés, la population des Villes et Communes ; l’Aumônerie générale ; les Congrégations Religieuses, Hospitalières et Enseignantes ; le Texte des Lois et Arrêtés d’un intérêt général pour le Etablissemens et les personnes ecclésiastiques, et l’Analise de ceux qui n’en ont qu’un accessoire, publiés depuis le 1er janvier 1828, etc, etc3

Par J.-B.-P. Bouquié, commis du Ministère de l’Intérieur.

Prix pour Bruxelles, 1 fl. 89 cent. , et 2fl. 4 cent. Franc de port

Bruxelles

De l’Imprimerie de M . Hayez, rue de la Montage

Sect. 5, n 1023.

.

Calendrier pour l’année 1829

calendrier

Année depuis la création du Monde…. 7028

Depuis le Déluge Universel… 4786

Depuis la fondation de Rome… 2581

Depuis la naissance de Jésus-Christ… 1829

.

Comput ecclésiastique

Pour 1829, ce sont :

Nombre d’Or 6

Epacte XXV

Cycle solaire 18

Indiction romaine 2

Lettre dominicale D

.

Le comput ecclésiastique est la base du fonctionnement du calendrier grégorien. Il regroupe cinq indications qui sont publiées chaque année par la congrégation des rites à Rome et permettent de déterminer la date du jour de Pâques et celles de la plupart des fêtes mobiles. Ces cinq éléments caractérisant une année sont le Cycle Solaire, le Nombre d’Or, l’Epacte, la Lettre Dominicale et l’Indiction Romaine.

Le Cycle Solaire est une période de 28 années au bout de laquelle les jours de la semaine reviennent aux mêmes jours de l’année, et dans le même ordre d’une année sur l’autre.

Cette période est en effet le produit du nombre de jours de la semaine (7 jours) par la durée de la période des années bissextiles (4 ans).

Le Cycle Solaire varie donc de 1 à 28, avec un incrément de 1 (modulo 28) à chaque nouvelle année.

En réalité, chaque année séculaire commune (non bissextile car non divisible par 400) vient bouleverser la correspondance périodique entre jours de la semaine et jours de l’année et c’est en fait au bout de 400 ans seulement que la série se répète intégralement.

En effet, 400 * 365,24219 = 146096,876 jours (quasiment 146097 jours) et 146097 est un multiple de 7.

Le Nombre d’Or, qui n’a en fait aucun rapport avec le fameux nombre d’or connu en architecture, est également appelé Cycle Lunaire

C’est une période de 19 ans au bout de laquelle la succession des lunaisons s’effectue aux mêmes jours de l’année. En effet :

  • la durée moyenne d’une lunaison est de 29,5305889 jours, avec une variation de 1 à 3.10-8.

  • 19 années astronomiques correspondent à 6939,6016 jours, soit 234,99706 lunaisons (quasiment 235 lunaisons).

Par conséquent, toutes les 19 années astronomiques, les phases de la lune tombent aux mêmes dates de l’année.

Le Nombre d’Or varie ainsi de 1 à 19, avec un incrément de 1 (modulo 19) à chaque nouvelle année.

L’Indiction Romaine n’a pas de signification astronomique particulière. C’est un cycle de 15 ans qui était utilisé à Byzance et par les empereurs romains afin de calculer les taux d’intérêt et les taux de contributions fiscales. L’Indiction Romaine varie de 1 à 15, avec un incrément de 1 (modulo 15) à chaque nouvelle année.

L’Epacte varie de 1 à 30 selon l’année. Elle mesure la différence entre l’année solaire et l’année lunaire. En effet, l’épacte représente l’âge de la lune au 1er janvier. Par exemple, s’il y a nouvelle lune le 28 décembre, l’épacte prendra la valeur 4 l’année suivante, car la lune aura 4 jours le 1er janvier. Grâce à la valeur annuelle d’épacte, il est donc facile de remonter au premier jour de la lunaison en cours. En ajoutant 14 jours, on trouve alors la date de la pleine lune correspondante. L’Epacte augmente de 11 unités chaque année (modulo 30), mais cette succession est modifiée dans 3 cas :

  1. Après une année séculaire commune (seulement divisible par 100 et non par 400), l’augmentation n’est que de 10 unités au lieu de 11 ;

  2. Après une période lunaire (19 ans), c’est-à-dire lorsque le Nombre d’Or redevient égal à 1, on ajoute un jour supplémentaire (une unité) ;

  3. Afin de compenser l’écart résiduel, on doit encore ajouter 8 jours en l’espace de 2500 ans : en partant de l’année 1500, on partage les 2500 ans en 7 intervalles de 300 ans et un intervalle de 400 ans et on ajoute un jour supplémentaire (une unité) après chaque intervalle. Cette correction est connue sous le nom « d’équation lunaire ».

La Lettre Dominicale sert à indiquer chaque année la position des dimanches dans le calendrier. Pour chaque jour de l’année, elle prend successivement et cycliquement (modulo 7) une des valeurs de A à G. La série commence au 1er janvier avec la lettre A. Si le 1er dimanche de l’année tombe le 1er janvier, la Lettre Dominicale est A pour l’année courante. Si le 1er dimanche est le 4 janvier, la Lettre Dominicale est D, comme pour cette année 1829.

Comme une année commune comporte 52 x 7 jours + 1 jour, l’année suivante commence un jour plus tard : si pour une année commune le 1er janvier tombe un mardi, le 1er janvier de l’année suivante tombera un mercredi. La Lettre Dominicale recule ainsi d’une unité à la fin de chaque année commune : dans notre exemple, elle passe de la valeur F à la valeur E.

Dans le cas particulier des années bissextiles, le 29 février introduit une rupture de séquence. A cause de ce jour supplémentaire, tout se passe à la fin de l’année comme si la Lettre Dominicale avait déjà reculé une deuxième fois avant la nouvelle année.

On introduit donc la notion de Lettre Dominicale double pour les années bissextiles : la première lettre alors se rapporte aux mois de janvier et février et la deuxième aux 10 autres mois de l’année. Ainsi, pour reprendre notre exemple, si la deuxième année considérée est une année bissextile, sa Lettre Dominicale ne sera pas E mais D. La Lettre Dominicale de l’année suivante aura la valeur C.

Soulignons que le calcul tient compte du fait que les années séculaires ne sont bissextiles que si elles sont divisibles par 400. 4

.rogations

.

Commencement des 4 saisons

Printemps, le 20 mars à 8h 46 du matin

Eté, le 21 juin à 6h 17 m du matin

Automne, le 22 septembre à 8h 26 m du matin

Hiver, le 21 décembre à 1h 28 m du soir

.

Entre la Pentecôte et l’Avant, il y a 24 dimanches.

Entre Noël et le Carême, il y a 10 semaines.

.

Fêtes mobiles

La Septuagésime5, 15 février

Les Cendres, 4 mars

Les Pâques, 19 avril

Les Rogations6, 25, 26,et 27 mai

L’Ascension, 28 mai

La Pentecôte, 7 juin

La Trinité, 14 juin

La Fête-Dieu7, 18 juin

Le premier dimanche de l’Avent, 29 novembre

Quatre-temps8

Mars, 11, 163 et 14

Juin, 10,12 et 13

Septembre, 16, 18 et 19

Décembre, 16, 18 et 19.

.

Eclipses de 1829

Le 20 mars, éclipse de Lune invisible sur notre horizon

Commencement de l’éclipse à 0h 59’ ¾ du soir.

Milieu à 2h 9 2/3.

Fin à 3h 20 ½

Grandeur de l’éclipse, 4 doigts 26’9.

Le 3 avril, éclipse de Soleil invisible sur notre horizon

Le 28 septembre, éclipse de Soleil invisible sur notre horizon

.

Vient ensuite un tableau descriptif de chaque mois de l’année. Ne sera repris comme exemple que le mois de janvier.

Janvier

La Lune de ce mois a 29 jours. Les jours croissent de 3 minutes le matin et de 32 minutes le soir.

Phase de la Lune

Nouvelle Lune le 5 à 4 heures 2 minutes du soir

Premier Quartier le 12, à 7h 29 minutes du matin

Pleine lune le 20, à 0h 26 min du matin

Dernier Quartier le 28, à 5h 29 minutes du matin

.

Liste des saints du mois

Janvier

.

Première partie: La Cour de Rome – le Pape et le Sacré Collège.

Pope_Leo_XIILe Pape a pour conseil le Sacré Collège qui contient, en 1829, 70 Cardinaux partagés en 3 ordres : 6 Cardinaux-Evêques, 50 Cardinaux-Prêtres et 14 Cardinaux-Diacres. Les Cardinaux-Evêques ont chacun un évêché proche de Rome. Les autres Cardinaux ont chacun pour titre une église de Rome.

Le Pape régnant en 1829 est Léon XII. Né Annibal de la Genga, à la Genga près de Spolette10 le 2 août 1760, il a donc 69 ans en 1829. Il a été élu Pape le 28 septembre 1823 et couronné le 5 octobre de la même année.

Parmi les 70 Cardinaux, on relève une très forte majorité « italienne11 » de 40 Cardinaux,. :

On compte, en effet, 7 Cardinaux romains, 13 de l’Etat de l’Église, 7 Napolitains, 1 Piémontais, 1 Milanais, 2 Siciliens, 3 Génois, 1 Plaisantin, 1 Mantouan, 1 Modénais, 1 Lombard, 2 Vénitiens

14 Cardinaux sont des Cardinaux « étrangers » mais tous européens12 cependant: on compte 5 Français, 3 Espagnols, 1 Corse, 1 Maltais, 1 Portugais, 1 Bavarois, 2 Autrichiens.

11 postes sont réservés in petto13 dans le Consistoire du 2 octobre 1826.

5 postes sont vacants.

.

Chapitre IV, Légats, Nonces, Ministres, etc

comteCharlesdArgenteaudOchain1Les Légats sont des Ambassadeurs extraordinaires du Pape ou des gouverneurs de Province. Les Nonces sont des Ambassadeurs ordinaires auprès des cours catholiques.

A titre d’information, pour la Bavière, le Nonce apostolique est Mgr. d’Argenteau, de Liège, Archevêque de Tyr14.

.

Deuxième partie – Commission du Conseil-Etat pour les affaires du culte catholique romain.

« Cette commission connait des affaires sur lesquelles le Roi juge à propos de la consulter ; elle a dans ses attributions tout ce qui était su ressort du Conseil-Etat de France en matière ecclésiastique d’après le Concordat de 1801. »

Suit la liste des membres de la Commission.

.

Troisième partie – Clergé catholique romain des Pays-Bas

Le Diocèse de Liège comprend Liège et le Limbourg, une partie de l’arrondissement de Namur ainsi que les cantons de Vielsalm et une partie de l’arrondissement de Marche dépendant du Grand-duché de Luxembourg et une partie du Brabant septentrional.

En 1829, le siège est vacant. La raison de cette vacance sera expliquée dans le chapitre « Création du Collège philosophique ». Le Vicaire-Général Capitulaire est Barett, J.A.

Le Diocèse de Namur comprend l’arrondissement de Namur et le Grand-duché de Luxembourg.

La Province de Namur

A une population de 179.531 habitants. Elle compte 331 communes. Elle a 1 curé de 1ère classe et 15 curés de seconde classe. Elle possède 219 succursales et 43 annexes.

Définition des Postes paroissiaux

Depuis le Concordat15, on distingue les cures en deux classes. Cette division n’établit aucune différence entre les droits des titulaires, mais seulement entre leur traitement, qui est de 1.500 fr. pour les curés de première classe, et de 1.200 fr pour les curés de seconde classe. Le rang se règle par le chiffre de la population. Pour qu’une commune ait droit à une cure de première classe, il faut qu’elle ait au moins 5.000 habitants et une justice de paix, ou qu’elle soit chef-lieu de préfecture. Aucun nombre déterminé d’habitants n’est exigé pour une cure de seconde classe.16

Du point de vue civil, la paroisse est une cure, de première ou de seconde classe en ordre d’importance, desservie par un curé. La succursale est, en quelque sorte, une paroisse de troisième classe, à laquelle est attaché un desservant. La chapellenie est une partie du territoire de la paroisse ou de la succursale, confiée à un chapelain. L’annexe est une dépendance de la paroisse ou de la succursale, directement desservie par le clergé affecté à l’église principale. Le vicaire est le prêtre adjoint au curé ou au desservant, officiellement reconnu par l’Etat, dans les paroisses ou succursales à population plus importante. Toutes ces distinctions ont longtemps entraîné une disparité dans le montant des traitements alloués par le trésor public aux membres du clergé paroissial. Dans la suite, les écarts ont été progressivement réduits et, depuis 1963, le statut financier des curés, desservants, chapelains et vicaires est identique, sinon que, à la différence des curés et desservants, les chapelains et les vicaires n’ont pas un droit strict au logement gratuit.

Du point de vue ecclésiastique, la paroisse est aussi bien une cure qu’une succursale, ou encore une “chapellenie indépendante” ou “paroisse épiscopale”, ces dernières expressions se rapportant à des paroisses canoniquement érigées, mais n’ayant généralement reçu que le statut de chapellenie sur le plan civil17.

eglise_waha

.

Chapitre IV – Gouvernement particulier des diocèses

Canton de Houffalize18

La population de Houffalize comprend 814 habitants.

La paroisse Ste Catherine est dirigée par M. Crine, J.H., curé de seconde classe.

Le vicaire est M. Eischen, J.

Succursales :

Tavigny19, population : 330 habitants, Curé Lamborelle, J.B.

Ceteru20, le vicaire désservant est Stirn, J.J.

En 183721 , pour cette même Cure, la population de Houffalize se monte à 1028 habitants. J.H. Crine est toujours curé de seconde classe. Il n’est plus fait mention de vicaire.

Succursales :

Tavigny, population : 1153 Janalzy, P.F., desservant.

Il n’y a aucune explication pour cette augmentation de la population. Les succursales de Boeur et de Buret ne faisant pas partie du Canton de Houffalize, ne sont donc pas reprises dans ces statistiques.

.

Canton de Bastogne

Population : 2407

Paroisse de St-Pierre, M. Parmentier, J.N., Curé de seconde classe

Succursales

Boeur22, pop 381, Antoine N.J.

Annexes

Buret23, Wenkin, P.G.

En 1837, pour cette même Cure de Bastogne,

Population : 2081 M.Parmentier, J.N. curé de seconde classe

M. Kaisin, A.J., vicaire

Succursales

… Boeur, pop 360 Octave, J.J., dess.

Annexes

Buret Dachoul, J.H. chap.

.

Canton de Clervaux

Population de 611 habitants

St-Félix, M. Schmitz, J.P., Curé de seconde classe

M. Neuens, N., Vicaire

Succursales

Hachiville, pop 436, Doemer, F.

Annexe

Hoffelt, Silier, M.

.

Quatrième partie: Aumônerie militaire

Dans le Sixième grand Commandement militaire, nous trouvons à Bouillon, Gérard, J.M. aumônier de 3ème classe. C’est le seul aumônier pour la province de Namur et le Grand-duché de Luxembourg.

.

Cinquième partie: Congrégations religieuses

« Les associations et réunions d’anciens religieux et religieuses se divisent en trois catégories.

  • La première se compose des Communautés d’Hospitaliers, d’anciens Alexiens24, etc. ;

  • La seconde des Communautés enseignantes ;

  • La troisième des Communautés qui se livrent à une vie purement contemplative. « 

Les Communautés de première catégorie doivent être reconnues par le Gouvernement. Elles sont réglementées par des statuts approuvés par le Gouvernement. Les Communautés de seconde catégorie sont placées sous la surveillance de l’administration de l’instruction publique. Les Communautés de troisième catégorie sont considérées comme de simples cohabitations de particuliers. Elles sont autorisées à exister mais ne peuvent admettre des novices. Elles sont donc vouées à l’extinction naturelle par décès ou sortie des individus qui les composent.

A noter : les vœux perpétuels et irrévocables sont prohibés, étant déclarés comme contraire aux lois25 du Royaume.

Suit la liste des congrégations par diocèse. Un constat est immédiat: il y a vraiment peu de congrégations pour le diocèse de Namur et Grand-duché de Luxembourg puisqu’on ne compte qu’un total de 7 établissements pour le diocèse de Namur et 5 pour le Grand-duché avec un total de 150 religieuses sur les 4770 relevées dans le pays.

.

Sixième partie: Ordinations et Décès

Il y eut 13 ordinations dans le diocèse de Namur en 1826 et 48 en 1827.

Dans la même période, 35 ecclésiastiques décédèrent en 1826 et 32 en 1827 pour le même diocèse.

.

Septième partie : Législation

« Arrêtés et décisions rendues en 1828, concernant les personnes et les établissements ecclésiastiques ».

27 avril 1828, n 142, Arrêté de Sa Majesté.

Vu Notre Arrêté de ce jour, n° 132, accordant des secours aux familles des individus qui ont péri le 27 mars dernier, dans la mine de charbon de Henri Guillaume, à Seraing ;

Vu le rapport de Notre Ministre de l’intérieur du 23 de ce mois, n° 124, concernant la conduite pleine d’humanité tenue dans cette circonstance par le Curé et le Vicaire de Seraing, et par le Sieur Mueseler, conducteur des mines ;

Avons trouvé bon det entendu de statuer, qu’en témoignage de Notre satisfaction, pour le courage et l’humanité dont ils ont fait preuve en cette circonstance, il sera accordé à Pierre-Joseph Grosjean, curé catholique romain, et à Gilles Poncelet, vicaire à Seraing, ainsi qu’au conducteur des mines Mueseler, une médaille […}.

.

Collège philosophique: Genèse d’un point d’achoppement

.

Chronologie d’un conflit

1801

16-7 : Signature du concordat entre Pie VII et Napoléon.

1802

1-5 : Loi sur l’enseignement en France et dans les pays annexés: l’initiative privée a désormais le droit d’ouvrir des écoles secondaires. Elles en auront le titre officiel à condition de compter au moins 3 professeurs et 50 élèves.

1806

10-5 : L’Université Impériale s’arroge le monopole de l’enseignement. Le chanoine Corneille Stevens, vicaire général de Namur, attaque violemment cette institution « impie et gallicane ».

1814

6-4 : Abdication de Napoléon.

1-8 : La Belgique est annexée à la Hollande.

1824

11-2 : Les Hollandais réforment l’enseignement, et exigent de tous les professeurs des diplômes universitaires.

1826

23-8 : Le vicaire général Godefroy invite à Tournai les rhétoriciens candidats au sacerdoce, sans passer par le collège philosophique. Le baron de Beeckman, gouverneur du Hainaut, vivement irrité, en avertit les autres gouverneurs.

13-11 : Le gouverneur rappelle l’obligation de faire 2 ans au collège philosophique avant d’être admis au grand séminaire.

2-12 : Le collège refuse de communiquer aux élèves l’arrêté du gouverneur. L’abbé Louis Leclercq publie un pamphlet intitulé  » Irai-je au collège philosophique ? « 

1827

12-7 : Signature d’un concordat entre Léon XII et Guillaume d’Orange.

1829

Le gouvernement hollandais exige que tous les professeurs de l’enseignement secondaire connaissent le néerlandais.

1830

Révolution belge

.

La création du Collège Philosophique

Le traité des 8 articles signé le 20 juin 1814 unit la Belgique aux Pays-Bas. Le 24 août 1815, la loi fondamentale du Royaume-Uni des Pays-Bas maintient la législation napoléonienne sur les cultes et proclame leur liberté subsidiée. En 1816, Guillaume 1er accepte de réintroduire le concordat de 1801 dans les provinces belges jusqu’à la conclusion d’un nouveau. Cependant, il entend exercer un pouvoir de nomination des évêques, ce que le Pape refuse. C’est ainsi que, progressivement, les évêchés belges deviennent vacants (ex. évêché de Liège).

Les conservateurs des Pays-Bas du Nord faisaient pression pour que seuls les fidèles de l’ancienne Église d’État (protestante) puissent être nommés au gouvernement, alors que les conservateurs belges voulaient rétablir le catholicisme comme religion d’État en Belgique. La coexistence de deux religions d’État sur l’ensemble du royaume était inacceptable par les deux camps.

Jusqu’en 1821, le gouvernement se servit de l’opposition des catholiques à la Loi fondamentale26 pour conserver le caractère protestant de l’appareil d’État par le biais des nominations de fonctionnaires. Guillaume Ier lui-même était un partisan de la tradition luthérienne allemande, selon laquelle le souverain est le chef de l’Église. Il voulait contrer l’autorité du pape sur l’Église catholique. Il souhaitait pouvoir influencer la nomination des évêques.

Pour contrôler les futurs prêtres et leur donner une formation appropriée, il obligea les séminaristes à suivre d’abord deux ans de cours au Collège philosophique de Louvain, que ses fonctionnaires créèrent dans les bâtiments qui avaient abrité le séminaire central de Joseph II.

« Les trop fameux arrêtés de juin, juillet et août 1825 : l’un qui, en supprimant tous les petits séminaires, instituts d’enseignements secondaire préparatoires pour beaucoup de jeunes gens au sacerdoce, ainsi que tous les collèges épiscopaux et écoles latines confessionnels, conférait ainsi au pouvoir un vrai monopole ; un autre arrêté créait à Louvain un Collège philosophique, «établissement d’instruction préparatoire pour les jeunes catholiques romains se destinant à la prêtrise » ; des arrêtés, pris en juillet et en août, fermaient les portes des grands séminaires et des universités de l’État à tous ceux qui n’auraient pas suivi les cours du Collège philosophique ou auraient fait leurs humanités à l’étranger. »27

Finalement un concordat28 fut conclu en 1827 ; il maintient le concordat de 1801 mais modifie le mode de nomination des évêques nommé par les chapitres cathédraux. Enfin, pour le sujet qui nous concerne, le concordat restaurait les séminaires diocésains au dépend du Collège philosophique29. En 1829, date du présent Almanach, la fréquentation du Collège philosophique est devenue facultative.30 Le Collège Philosophique sera dissous en 1830.

.

Programme des cours du Collège Philosophique

« Pendant le semestre d’hiver de l’année académique 1828 – 1829, à dater du 15 septembre sous le Recteur Magnifique François-Joseph Adelmann31 ».

Cours de mathématiques et de Physique

F.J. Goebel, professeur ordinaire, donnera des leçons d’algèbre, de géométrie et trigonométrie : enseignera la sphère, et démontrera les applications des mathématiques, les lundi, mardi et jeudi à 10 heures.

M. Gloesener32, professeur extraordinaire, donnera les premiers éléments de chimie théorique, de géographie mathématique et de physique ; exposera les principaux phénomènes de l’astronomie populaire, et fera connaître ce qu’il y a de plus remarquable dans la vie de l’homme et dans les arts, les lundi et vendredi à 3 heures.

Cours de droit canonique

B. Winssinger33, professeur ordinaire, expliquera les lundi, mardi et mercredi, l’histoire ecclésiastique, et les jeudi, vendredi et samedi à 5 heures, le droit canonique.

Cours de philosophie et de Littérature

G.J. Bekker, professeur ordinaire, interprétera pour la littérature latine : l’Hecyra34 de Térence35, et pour la littérature grecque : l’Odyssée36 d’Homère ; il suivra son édition (Louvain, 1828), à ses deux cours, qui auront lieu à 8 heures les lundi, mardi, mercredi et jeudi, et donnera d’ailleurs un abrégé de l’histoire de la philosophie.

F :C : De Gheuve, professeur ordinaire, les lundi et vendredi à 11 heures, et les mardi, mercredi, jeudi et samedi à 11 heures, donnera un cours d’histoire universelle, et les mardi, mercredi, jeudi et samedi à 11 heures, il fera la description de l’origine et de la nature de la pensée, et démontrera l’histoire de la philosophie. »

Parmi les autres cours, nous relevons encore la logique précédée de l’anthropologie théorique, la métaphysique générale et l’éthique universelle, la littérature hébraïque, l’histoire de la patrie, la grammaire hollandaise et un cours d’histoire de la littérature nationale.

On note aussi des répétitions de grec ainsi que des exercices pour écrire correctement la langue latine.

Et pour couronner un horaire bien rempli, à 6 heures du soir les lundi, mardi, mercredi et samedi, des principes de littérature allemande.

.

< Articles des 29 & 30  décembre 2013 , 2, 3,4,5 janvier 2014 >

.

Notes:

1 En matière politico-religieuse, un concordat (du latin médiéval concordatum, « accord, traité ») est un traité signé entre le Saint-Siège et un État particulier (ou entre un souverain et le pape pour l’Europe pré-moderne) dans le but de définir les domaines respectifs et clarifier les relations entre l’Église catholique et les autorités civiles du pays signataire (ou concordataire). Source Wikipedia.

2 Un almanach est un calendrier reprenant les grandes dates du calendrier, les fêtes religieuses, portant des éphémérides telles que les phases de la lune ou la durée des jours (calendriers lunaire et solaire). Source Wikipedia.

3 Les paragraphes repris en italique ci-après proviennent de l’Almanach. L’orthographe du texte original a été conservée.

5 Le temps de la Septuagésime est une période de trois semaines qui précède l’ouverture du carême

6 Les jours des Rogations sont, dans le calendrier liturgique catholique, les trois jours précédant immédiatement l’Ascension. Source Wikipedia.

7 La Fête-Dieu, appelée aussi Fête du Saint-Sacrement, Corpus Domini, Corpus Christi est une fête religieuse catholique ( mais aussi anglicane), célébrée le jeudi qui suit la Trinité, c’est-à-dire soixante jours après Pâques. Source Wikipedia.

8 Les Quatre-Temps sont, dans le calendrier liturgique catholique, un temps de jeûne au commencement de chacune des quatre saisons. Source Wikipedia.

9Le doigt est une ancienne unité de longueur d’environ 1,85 cm.

10 Spoleto, actuelle province de Pérouse-Perugia, Italie

11Pour autant que l’on puisse utiliser cette acception moderne du terme. L’unification de l’Italie se fit en plusieurs étapes de 1859 à 1875.

12 Pour information, John McCloskey, né le 10 mars 1810 à Brooklyn et mort le 10 octobre 1885, fut le premier cardinal américain nommé par Pie IX lors du consistoire du 15 mars 1875.

13 Nomination in petto : Nomination d’un Cardinal par le Pape sans le proclamer ni l’instituer. Source Wikipedia.

14 L’archevêché de Tyr est un archevêché in partibus infidelium. L’archevêque est nommé in partibus infidelium par référence à d’anciens diocèses disparus au cours de l’histoire. Source Wikipedia.

15 Le Concordat de 1801.

16 Encyclopédie des gens du monde: répertoire universel des sciences, des lettres et des arts; avec des notices sur les principales familles historiques et sur les personnages célèbres, morts et vivans, Volume 7, Librairie de Treuttel et Würtz, 1836

18 Paroisse de Houffalize (cure de 2ème classe) : rétablie en 1808 (siège de Cowan passé à Houffalize en 1784). Diocèse de Metz en 1808, puis de Namur en 1823. Doyenné de Houffalize en 1837, d’Ourthe-et-Salm en 2002. Secteur de Houffalize en 1979. Commune de Houffalize, avant et après la fusion de 1977. Vicaire recensé en 1809. Source : http://archives.saintaubain.be/gennart/edifices_culte_diocese.htm

19 Paroisse de Tavigny (succursale): rétablie en 1808. Diocèse de Metz en 1808, de Namur en 1823. Doyenné de Houffalize en 1837, d’Ourthe-et-Salm en 2002. Secteur de Houffalize en 1979. Commune de Tavigny, puis de Houffalize en 1977. Démembrement : paroisse de Cetturu en 1842-1848.

Source : http://archives.saintaubain.be/gennart/edifices_culte_diocese.htm

20 Paroisse de Cetturu (succursale): Diocèse de Metz en 1808, puis de Namur en 1823. Paroisse de Tavigny en 1808. Etait chapellenie en 1809. Doyenné de Houffalize en 1837, puis d’Ourthe-et-Salm en 2002. Secteur de Houffalize en 1979. Commune de Tavigny, puis de Houffalize en 1977.

Source : http://archives.saintaubain.be/gennart/edifices_culte_diocese.htm

22 Paroisse de Boeur (succursale) : rétablie en 1808. Diocèse de Metz en 1808, puis de Namur en 1823. Doyenné de Bastogne en 1837, puis de Houffalize en 1979 et d’Ourthe-et-Salm en 2002. Secteur de Houffalize en 1979. Commune de Tavigny, puis de Houffalize en 1977. Démembrement : paroisse de Buret en 1934.

Source http://archives.saintaubain.be/gennart/edifices_culte_diocese.htm

23 Paroisse de Buret (succursale) : Diocèse de Metz en 1808, puis de Namur en 1823. Paroisse de Boeur en 1808. Etait chapellenie en 1809. Doyenné de Bastogne en 1837, puis de Houffalize en 1979 et d’Ourthe-et-Salm en 2002. Secteur de Houffalize en 1979. Commune de Tavigny, puis de Houffalize en 1977.

Source http://archives.saintaubain.be/gennart/edifices_culte_diocese.htm

24 Les Alexiens, Cellites ou Lollards, sont à l’origine (au XIVe siècle) une association pieuse de laïcs qui, par esprit religieux et social, se chargeaient d’ensevelir les pestiférés et ceux qui ne pouvaient se payer des funérailles. Au fil des temps ils créèrent des hospices pour y soigner les pestiférés, les indigents et plus tard les aliénés légers. Ces laïcs s’appelaient Frères, menant une vie austère, mais ne prononçaient pas de vœux. Leur présence est attestée en Belgique dès 1305. Comme beaucoup d’associations pieuses et relativement informelles de cette époque les Alexiens évoluèrent en ordre religieux, avec règles et constitutions. En 1459, Pie II leur accorde de prononcer des vœux solennels. Ils forment dès lors un ordre religieux, et vivent, célibataires en communautés, suivant la règle de Saint Augustin. Par vocation religieuse ces frères continuaient à procéder aux enterrements, à soigner les malades, et prenaient en charge les malades mentaux. Source Wikipedia.

25 Une recherche ultérieure plus approfondie doit être faite à ce sujet.

26 Constitution des Pays-Bas édictée le 29 mars 1814 puis modifiée et promulguée le 24 août 1815 suite au rattachement de la Belgique aux Pays-Bas. Le texte, accepté par les États-Généraux néerlandais, est repoussé en Belgique (796 voix contre 527) par une assemblée de notables à laquelle il avait été soumis par le roi. Or, du fait que sur 1604 notables convoqués, seulement 794 avaient voté contre, 281 étant absents, le roi considéra que la majorité ne s’opposait pas à la Constitution et ne tint pas compte de cette opposition qui devait s’aggraver jusqu’à la crise de 1830. Source http://mjp.univ-perp.fr/constit/pb1815.htm

27Le pétitionnement belge pour le redressement des griefs (1828-1830) In: Revue belge de philologie et d’histoire. Tome 12 fasc. 4, 1933. pp. 1061-1076.

28 Concordat du 12 juin 1827, ratifié le 18 juin.

29Le financement des cultes et de la laïcité : comparaison internationale et perspectives, Jean-François Husson, Presses universitaires de Namur, 2005.

31 François Joseph Adelmann, de Heidelberg, professeur en sciences mathématiques et physiques, né le 26 juillet 1787.

32 Gloesener, physicien, professeur à l’Université de Liège, né le 4 mars 1794 à Haut-Charage au Luxembourg et décédé le 11 juillet 1876 à Liège. Professeur au Collège philosophique de 1825 à 1830.

33 André Étienne Rodolphe Louis Winssinger, ancien juge au tribunal d’Anvers, professeur de droit canon au collège philosophique de Louvain de 1825 à 1830.

34Hecyra (en français L’Hécyre ou La Belle-mère) est une comédie latine œuvre du poète comique romain Térence. Source Wikipedia.

35Térence (en latin Publius Terentius Afer), né à Carthage vers -190 et mort en -159, est un poète comique latin d’origine berbère. Source Wikipedia.

36L’Odyssée (en grec ancien Ὀδυσσεία / Odusseía) est une épopée grecque antique attribuée à l’aède Homère, qui l’aurait composée après l’Iliade, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Elle est considérée comme l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la littérature et, avec l’Iliade, comme l’un des deux poèmes fondateurs de la civilisation européenne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :