Un Canal et des Hommes

Accueil » Evénements

Evénements

Conférence de Gery de Pierpont – 9 mars 2016

2016-03-09_Conf_Gery

Canal Meuse & Moselle – Démesure ou entreprise visionnaire ? à Asselborn (L), le samedi 9 novembre 2013.

Une voie d’eau navigable aurait dû relier la Meuse à la Moselle à travers le Grand-Duché ! Ce projet pharaonique lancé en 1827, prévoyait un souterrain pour bateaux sous la crête de l’Ardenne, 205 écluses, 300 km de berges à canaliser…

Démesure ou entreprise visionnaire ? Regard économique sur une aventure héroïque, interrompue par la Révolution belge de 1830.

.

Le conférencier ne sera autre que Gery de Pierpont, l’auteur de « La rivière contrariée » dont nous avons déjà parlé souvent sur ce site.

Cette conférence se donnera dans un lieu tout à fait original et enchanteur, l’auberge du Relais Postal d’Asselborn (L)

.

Asselborn_Affiche

Petit retour sur la conférence donnée à Asselborn (L) le mois dernier par Gery de Pierpont et Thibaut Westhof sur le thème « le canal Meuse & Moselle: un projet démesuré ou visionnaire ? ».

Gery de Pierpont, l’auteur de « La rivière contrariée » a magistralement retracé l’histoire de cette aventure dont les quelques vestiges de part et d’autre de la frontière furent évoqués par Thibaut Westhof.

La conférence suscita de nombreuses questions et réflexions qui nous menèrent bien loin dans la soirée car le sujet n’était pas clos lorsque vint le temps de l’excellent repas.

Un tout grand merci à nos hôtes, M. Nilles et Mme Dauch du Domaine du Moulin d’Asselborn.

2013-11-10

Auberge du Relais Postal
164 Asselborn
Luxembourg

+352 27 80 96 1

.

 

.«  Les chauves-souris du Canal de Bernistap », Buret, le 22 octobre 2013 à 19h30

CS-1

.

Comment les chauves-souris se déplacent-elle ?

Où vivent-elles ?

Que mangent-elles ?

Comment les conserver et les étudier ?

.

Elles hantent le clocher de l’église et le souterrain du canal. Elles, ce sont les « Demoiselles de la nuit », souvent méconnues et mal aimées et, néanmoins, si utiles lorsqu’elles se nourrissent des moustiques en été ou quand elles produisent un engrais complètement naturel: le guano (excréments).

Afin de découvrir le seul mammifère volant du règne animal, sur invitation du Cercle d’Etudes du Canal de Bernistap – Hoffelt, le Docteur Christine Harbusch, collaboratrice du Musée d’Histoire Naturelle de Luxembourg vous propose une conférence sur les chauves-souris de notre région,

.

le mardi 22 octobre 2013

à 19h30

en l’église de Buret (Houffalize)

.

CS-3Dans la culture populaire, l’image de la chauve-souris peut être bénéfique ou maléfique selon les pays. À cause de leur aspect étrange et de leur vie nocturne et, par voie de conséquence, du mystère qui entoure leur mode de vie, elles sont souvent victimes d’idées reçues qui leur ont valu longtemps d’être persécutées par l’homme.

CS-4Pendant le jour, la chauve-souris se repose, dans les arbres creux, les grottes, sous les écorces ou dans les bâtiments. Elle serait même présente dans le clocher de l’église qui accueille la conférence. Elle s’y suspend la tête en bas et dort toute la journée. La vie de nuit lui procure l’avantage qu’il y a moins de concurrents qui recherchent leur nourriture! Pour l’alimentation, elle se nourrit principalement d’insectes et peut en capturer une quantité incroyable en très peu de temps.

.

Pour en savoir plus, suivez notre invitation et venez nombreux à Buret

CECBH – Cercle d’Etudes du Canal de Bernistap-Hoffelt

Entrée gratuite – Inscription via le site ou à l’adresse houffamail@gmail.com

https://canalmeusemoselle.wordpress.com

.

.

Invitation aux prochaines Journées du Patrimoine

……………..7 & 8 septembre 2013

.

JP

Dans le cadre des Journées du Patrimoine 2013 des 7 & 8 septembre 2013,

le Cercle d’Etudes du Canal de Bernistap-Hoffelt vous propose plusieurs visites guidées du canal depuis la ferme de Bernistap jusqu’au souterrain.

Ces visites sont, bien entendu, entièrement gratuites.

Itinéraire

En venant de Liège

GoogleMap_E25_BernistapPrendre la E25 en direction de Luxembourg-Bastogne
Prendre la sortie 51 Houffalize
Traverser Houffalize entièrement, prendre la direction de Bastogne
A 2 km de Houffalize, prendre à gauche la direction de Clervaux – Tavigny
Traverser le village de Vissoule
Traverser le village de Tavigny – si vous avez le temps, admirez le château de Tavigny (privé, on ne visite pas) qui fut le siège de la Société du Luxembourg pendant les travaux du canal).
A 2, 7 km de Tavigny, prendre la petite route à gauche qui vous amène à la ferme de Bernistap.
Un parking sera prévu sur place.

En venant de Bastogne

GoogleMap_E25-Sortie51_BernistapPrendre la E25 en direction de Liège
Prendre la sortie 52 Houffalize, tourner à droite vers la N30

A la N30, toruner à gauche vers Houffalize

Après 5 km, prendre à droite la direction de Clervaux – Tavigny

Traverser le village de Vissoule
Traverser le village de Tavigny – si vous avez le temps, admirez le château de Tavigny (privé, on ne visite pas) qui fut le siège de la Société du Luxembourg pendant les travaux du canal).
A 2, 7 km de Tavigny, prendre la petite route à gauche qui vous amène à la ferme de Bernistap.
Un parking sera prévu sur place.

.
Le trajet sera balisé à partir du carrefour à la sortie de Houffalize.

La brochure complète des JP sous format pdf peut être téléchargée sur le site des JP: www.journeesdupatrimoine.be

Ballade guidée du Canal de Bernistap – dimanche 24 Mars 2013 à 14h00

Avez-vous entendu parler d’un travail pharaonique, pièce maîtresse et centrale d’une liaison fluviale entre la Meuse et le Rhin, qui aurait entièrement modifié le paysage (et probablement aussi la vie) de la région si le projet avait été mené à bout ?

Coupe du souterrain

Coupe du souterrain

Cet ouvrage d’art, c’est le canal de Bernistap – Hoffelt.

En 1828 fut entamé un des plus importants projets que connut le Luxembourg: il ne s’agissait pas moins que de relier le bassin mosan et l’Ourthe au bassin mosellan par un canal et un tunnel de près de 2,5 kilomètres en son point le plus haut.

1830 vît la Révolution belge et le projet qui était essentiellement soutenu par le roi Guillaume 1er des Pays–Bas batît de l’aile.

Borne fronti^re

Borne fronti^re

Lorsque le Grand-Duché devint indépendant en 1839, le canal fut définitivement abandonné.

Peut-être vous vous êtes promené sur ses rives, depuis la maison de l’éclusier jusqu’à l’entrée du souterrain ?

Mais connaissez-vous le « chantier », la « maison des explosifs », la « maison de la paye », la gare à bateaux, les fours à briques, la ligne de partage des eaux entre le bassin mosan et le bassin rhénan, les puits d’extraction et d’aération, la « Schuftenmaschine », une pompe à vapeur qui vidait le puits central, les fossés d’alimentation du canal ?

Pour découvrir cet endroit oublié mais plein de charme, pour connaître sa grande et sa petite histoire,le Cercle d’Etudes du Canal Bernistap-Hoffelt vous convie à une visite guidée et commentée des lieux au départ de la  Place de l’Eglise à Buret le dimanche 24 mars 2013 à 14.00 heures

 

Canal de Bernistap - 24.03.2013

Canal de Bernistap – 24.03.2013

.

Une organisation du Cercle d’Etudes du Canal de Bernistap – Hoffelt (CECBH)

.

Compte-rendu de la conférence du 11 mars 2013 à Hachiville par Nicolas HAMEN

« Le castor est de retour dans notre région et au canal de Bernistap – Hoffelt »

Ce lundi (11 mars 2013) le Cercle d’Etudes sur le Canal de Bernistap – Hoffelt avait invité les amis du castor au centre culturel à Hachiville pour suivre une conférence animée par le Dr Laurent Schley (Laurent Schley est biologiste. Il est le Directeur adjoint de l’Administration de la nature et des forêts du Grand-duché de Luxembourg).

Malgré les caprices de l’hiver avec de belles giboulées de neige, une quarantaine d’intéressés étaient présents. Parmi eux, le bourgmestre de la commune de Wincrange, M. Marcel Thommes.

Depuis un certain temps, le Castor est bien présent autour des étangs de Weiler, autour de Bernistap et notamment dans le secteur du canal. Toutefois, cela n’a pas été toujours le cas. En effet, le Castor a frôlé la disparition, il y a deux siècles environ. D’après Laurent Schley, le castor a retrouvé notre région à partir d’un habitat dans les environs de Wibrin et Houffalize dans l’Ardenne belge.

  • Pourquoi a-t-il disparu et comment est il revenu?
  • Pourquoi coupe t-il des arbres?
  • À quoi lui servent les barrages qu’il construit?
  • Quelle est le quotidien d’un castor au canal?
  • Y aura-il une surpopulation dans la région?
  • Quelles sont les chances qu’offre sa présence pour l’homme et la nature ?

Au cours de cette conférence, Monsieur Schley est rentré dans l’intimité de cet ingénieur de la construction en bois.

Th. Westhof - 2013

Th. Westhof – 2013

Le castor (Castor fiber L.) est un mammifère de l’ordre des rongeurs et de la famille des castoridés. Un castor adulte pèse jusqu’à 30 kg et un castor de grande taille peut mesurer, en comptant sa queue de 30 cm, 1,2 m. Jusqu’à sa disparition au 19ième siècle, ses ancêtres étaient massacrés pour la fourrure et la viande principalement.

Trapu et rondelet, le castor se déplace lentement et est gauche sur le sol. Toutefois, ce n’est pas le cas dans l’eau. Là, le castor est un nageur habile et très gracieux, sous l’eau comme à la surface, et atteint une vitesse de près de 7 km/h lorsqu’il est en état d’alerte. Le corps du castor est adapté de nombreuses façons à son habitat aquatique. Ses petits yeux ronds lui permettent de voir aussi bien sous l’eau qu’en dehors de l’eau grâce à une membrane transparente spéciale qui recouvre ses yeux pour les protéger lorsqu’il plonge. Ses petites narines, comme ses oreilles, se ferment pour nager sous l’eau. La queue du castor sert à accomplir d’importantes tâches, tant dans l’eau que sur la terre ferme. La queue d’un castor de grande taille mesure jusqu’à 30 cm de longueur et peut atteindre 18 cm de largeur et 4 cm d’épaisseur.

Photo Th. Westhof - 2013

Enfin, le castor possède des dents remarquables. Ses incisives, longues, pointues et fortes, croissent sans arrêt et sont endurcies par une couche d’émail orange foncé qui recouvre leur face extérieure. Ainsi, à mesure que l’animal frotte ses incisives supérieures contre ses incisives inférieures, le bout externe des dents conserve le tranchant d’un ciseau. Pourvu d’une telle denture, le castor est capable d’abattre de très gros arbres. Il peut fermer ses lèvres derrière les incisives et ainsi ronger des ramilles sous l’eau. Le castor peut vivre jusqu’à l’âge de 12 ans.

Ourthe - Ermitage - Ruisseau de Tavigny<br /><br />Canal Meuse-Moselle

Dans notre région, le problème n’est plus maintenant de protéger la population de castors, mais d’empêcher les dommages aux terres agricoles, aux routes et aux plantations d’arbres, dommages causés par les digues et la coupe de bois des castors. Pour ce faire, le piégeage et l’utilisation de dispositifs de lutte contre les inondations sont nécessaires. Puisque les castors maintiennent les niveaux d’eau, améliorent l’habitat de nombreux types d’espèces sauvages, stabilisent l’écoulement des cours d’eau et empêchent l’érosion de leurs lits, il est important de les gérer soigneusement.

Avec sa passion Laurent Schley et Jan Herr se sont attelés au suivi du castor. C’est au prix de nombreuses heures de prospection et d’observation qu’ils ont pu collecter de nombreuses images sur le castor et son habitat. Le conférencier avait ramené un exemplaire et des indices de sa présence, branches coupées et bois écorcés par grignotage qui ont fort intéressé l’auditoire qui n’a pas manqué de poser de nombreuses questions témoignant de l’intérêt qu’a pu susciter Laurent Schley.

Après son mot de clôture, le bourgmestre M. Marcel Thommes a ensuite invité au verre de l’amitié offert par la commune.

Hachiville, 11 mars 2013
Hachiville, 11 mars 2013

.

Une organisation du CECBH (Cercle d’Etudes du Canal de Bernistap-Hoffelt)

avec le soutien de la commune de Wincrange

< Article du 14 mars 2013>

.

.

Canal de Bernistap – samedi 25 août 2012

2012-08-25_bernistapBien sur, vous avez entendu parler du canal de Bernistap, ce travail pharaonique, pièce maîtresse et centrale d’une liaison fluviale entre la Meuse et du Rhin, qui aurait entièrement modifié le paysage (et probablement aussi la vie) de la région si le projet avait été mené à bout.

Peut-être même vous êtes vous promené sur ses rives, depuis la maison de l’éclusier jusqu’à l’entrée du tunnel.

Connaissez-vous cependant le « chantier », la « maison des explosifs », la « maison de la paye », le garage à bateaux, les fours à briques, la ligne de partage des eaux entre le bassin mosan et le bassin rhénan, les puits d’extraction et d’aération, la « schuften Machine », une pompe à vapeur qui vidait le puits central, les fossés d’alimentation du canal ?

Savez-vous ou le canal devait rejoindre l’Ourthe, par quelle vallée il allait passer, combien d’écluses il allait comporter ?

Situé au point le plus élevé du trajet, comment donc allait-il être suffisamment alimenté en eau afin de permettre aux « bètchêtes » de passer la ligne de partage des eaux ?

La vallée mitoyenne est-elle un des prémices d’un premier canal commencé sous le 1er Empire ? Si la chose n’est pas prouvée, la réalité du terrain est cependant troublante.

A toutes ces questions, Jean-Marie Hampert fournira un certain nombre de réponses mais aussi beaucoup de sujets de réflexion et surtout une autre manière de voir et de découvrir les choses car toute l’histoire n’a pas encore été faite sur le sujet, loin de là.

Et – comme le disait un des participants de la première promenade – même si vous êtes passé par là des dizaines de fois, vous ne verrez jamais plus les choses de la même manière.

Pour découvrir cet endroit oublié mais plein de charme, pour connaître sa grande et sa petite histoire, Jean-Marie Hampert vous convie à une visite guidée et commentée des lieux le samedi 25 août 2012.

.

Canal de Bernistap – samedi 7 juillet 2012

2012-07_bernistapEn 1828 fut entamé un des plus importants projets que connu le Luxembourg: il ne s’agissait pas moins que de relier le bassin mosan et l’Ourthe au bassin mosellan par un canal et un tunnel de près de 2,5 kilomètres en son point le plus haut.

Les travaux commencèrent donc en 1828 des deux côtés de la colline et par 7 puits d’extraction. La gallerie est taillée au pic puis à la poudre noire et est voutée au fur et à mesure que les travaux progressent.

1830 voit la Révolution belge et le projet qui était essentiellement soutenu par le roi Guillaume 1er des Pays–Bas bat de l’aile. Lorsque le Grand-Duché devient indépendant en 1839, le canal sera définitivement abandonné.

Cet ouvrage d’art, c’est le canal de Bernistap.      <  Quelques photos du Canal  >

Pour découvrir cet endroit oublié mais plein de charme, pour connaître sa grande et sa petite histoire, Jean-Marie Hampert vous convie à une visite guidée et commentée des lieux ce samedi 7 juillet 2012.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s